Jump to content
Justneuf

Couverture mobile : l'ARCEP propose ses conditions pour des cartes plus détaillées


Mufecator
 Share

Le régulateur des télécoms prévoit que les cartes des opérateurs affichent le niveau de couverture pour la voix et SMS, et intègrent ses mesures pour l'Internet mobile. De son côté, elle compte publier ces données en open data.

Les consultations publiques s'enchainent à l'ARCEP. Cette fois, l'autorité demande l'avis du secteur sur les futures cartes de couverture mobiles, censée être bientôt largement enrichies. Les acteurs intéressés ont jusqu'au 3 octobre pour y répondre, y compris les opérateurs mobiles, qui auront à publier ces nouvelles cartes sur leurs sites, en lieu et place des actuelles, qualifiées de « binaires » (couvert ou non) par le régulateur.

L'un des enjeux, largement souligné par les parlementaires ces derniers mois, est d'en finir avec des cartes qui indiquent une zone couverte, sans donner la moindre indication sur la qualité de service.

Des indications de couverture encore générales

Deux cartes doivent être mises en ligne : l'un pour la téléphonie mobile classique, soit les appels et les SMS, l'autre pour l'Internet mobile. De son côté, l'ARCEP publierait les données de couverture détaillées en open data. Informations que les opérateurs devraient lui fournir « dans un standard cartographique exploitable (SIG) ouvert et aisément réutilisable ». Elle se chargera aussi de contrôler la fiabilité des données fournies et affichées par les opérateurs, qui sont tenus de fournir des cartes facilement explorables. Le but étant d'éviter certaines dérives, comme les premières cartes de couverture de Free Mobile avec un zoom bloqué, qui avait d'ailleurs poussé le régulateur à monter au créneau.

Du côté de la téléphonie classique, il s'agit donc de fournir bien plus d'informations, dont disposent déjà les opérateurs eux-mêmes. Plutôt qu'une simple indication de couverture, les cartes devraient ainsi afficher si cette couverture est absente, limitée (uniquement à l'extérieur), bonne (extérieur et à l'intérieur dans certains cas) ou très bonne (à l'intérieur et à l'extérieur des bâtiments).

Les seuils pourraient être soit déterminés par les opérateurs (avec contrôles de l'ARCEP), soit par l'autorité elle-même. Elle propose ses propres seuils de couverture et d'évaluation de pénétration dans les bâtiments, en fonction de l'accessibilité du réseau et de l'atténuation constatée.

Source et suite de l'article : NEXT>INPACT

 Share


User Feedback

Recommended Comments

There are no comments to display.



Guest
Add a comment...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.




×
×
  • Create New...