Jump to content
Justneuf

Search the Community

Showing results for tags 'bouygues telecom'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Categories

  • ADSL-VDSL
  • Altice
  • Fibre
  • Justneuf
  • Mobile
  • Numericable
  • Patrick Drahi
  • RED by SFR
  • SFR
  • Telephonie
  • Television
  • Divers

Forums

  • Général
    • Revue de presse
    • JustNeuf 's Café
    • Les sondages
    • Fond de cale...
  • Forums Altice - SFR
    • Internet en ADSL
    • Très Haut Débit
    • Service client
    • Télévision
    • Services
    • Les box
    • Offres mobile
  • Autres forums
    • Réseaux et logiciels
    • Les Autres F.A.I.s
  • Cotdaz's Sujets

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Téléphone


NRA


ICQ


AIM


MSN


Site Internet


Yahoo


Jabber


Skype


Ville


Loisirs


Offre


MAC Neuf TV


MAC Box


Firmware

Found 8 results

  1. La Fédération Française des Télécoms, ses membres Bouygues Telecom, Orange et SFR, et Free, ont pris connaissance, avec grande inquiétude, de l'approbation par la Commission des finances de l'Assemblée nationale d'une nouvelle hausse de la taxe sur les opérateurs de communications électroniques. Alors que cette taxe avait déjà été augmentée de 44% il y a moins d'un an, les opérateurs seraient à nouveau mis à contribution pour financer France Télévisions au détriment des priorités fixées par le Gouvernement en matière d’aménagement numérique des territoires et confirmées par les récents votes de l'Assemblée nationale sur le projet de loi relatif à la montagne et sur la loi pour une République numérique, tout récemment promulguée. Cet effort supplémentaire de plusieurs dizaines de millions d'euros se rajoute aux 1,8 milliard d'euros qui auront été acquittés par les opérateurs depuis la création de cette taxe en 2009 jusqu'à cette année, montant cumulé qui représente l'équivalent de 3,8 millions de prises en fibre optique ou d'environ 18 000 installations d'antennes 4G. Les opérateurs souhaitent que la suite du débat parlementaire puisse conserver l'équilibre entre investissements et stabilité fiscale face à l'enjeu essentiel que sont les déploiements des réseaux à très haut débit fixe et mobile en faveur de l'aménagement de nos territoires. Le Président de la République a ainsi déclaré en juin 2016 que « d'un côté les opérateurs investissent pour le long terme et de l’autre l'Etat assure une sécurité, une stabilité législative, réglementaire et fiscale ». Communiqué de presse: fftelecoms.org
  2. Cinq mois après la fin des négociations autour de la cession de Bouygues Telecom, l'opérateur reprend les hostilités. En ligne de mire: le nouvel accord d'itinérance passé au mois de juin entre ses concurrents. [EXCLUSIF] Bis repetita. Après l'échec des négociations en avril dernier sur une vente de Bouygues Telecom, la filiale du groupe de BTP relance la bataille juridique. L'opérateur a saisi fin juillet l'autorité de la concurrence afin de faire condamner Free Mobile et Orange pour entente et demande de mettre fin immédiatement à la prolongation de l'accord d'itinérance signé entre les deux parties le 15 juin dernier. Ce contrat prévoit l'utilisation par Free du réseau 2G et 3G de l'opérateur historique jusqu'en 2020 au plus tard, le temps de finir de déployer son propre réseau. Initialement, l'extinction était prévue pour fin 2018 à la demande de l'Autorité de la concurrence. En attendant la date butoir, une limitation progressive des débits utilisés par les abonnés Free Mobile sur le réseau d'Orange est programmée dès janvier 2017. Mais la semaine passée, les abonnés ont déjà été informés de cette baisse dès le 1er septembre 2016 (5 mégabits par seconde en débit descendant et 448 kilobits par seconde en débit montant). En janvier prochain, cette chute se poursuivra (1 mégabit par seconde et 448 kilobits par seconde) jusqu'en 2018 puis 2020. Le débit sera alors plafonné à 384 kilobits par seconde. Trois saisines contre Orange et Free Ces dispositions ne concernent que les client de Free Mobile utilisant la 3G en itinérance sur le réseau Orange. Ce principe, accepté par le gendarme des télécoms, l'Arcep, n'a pas plu à Bouygues Telecom. Le groupe a intenté deux autres recours devant le Conseil d'Etat au mois de juillet à l'encontre de l'autorité de régulation des télécoms pour excès de pouvoir. Selon la filiale du groupe de BTP, l'institution aurait dû demander de réduire la durée du contrat et de modifier les conditions d'extinctions de l'itinérance. Le second recours vise à faire annuler les lignes directrices publiées par le gendarme des télécoms sur le partage des réseaux mobiles. La société de Martin Bouygues avait déjà tenté par le passé de casser le premier accord d'itinérance passé entre Orange et Free Mobile. En vain. Contacté à ce sujet par L'Express, Bouygues Telecom n'a pas souhaité faire de commentaires sur les affaires en cours. Source : L'Express
  3. A la veille du possible mariage d’Orange et Bouygues, les négociations se terminent avec une surprise de Free. Après trois mois, les discussions avec Free et SFR qui doivent reprendre des actifs dans le dossier Orange Bouygues pour éviter que la vente ne soit bloquée par l’Autorité de la concurrence, touchent à leurs fins. Selon Europe 1, alors que personne ne voulait des 550 boutiques de Bouygues, elles devraient toutes êtres reprises par Free en cas d’accord concluant. C’est une véritable surprise, car la semaine dernière Free ne devait reprendre aucun salarié et aucune boutique et le modèle même de Free depuis sa création est de se passer des magasins et de privilégier le service sur Internet, une solution pour faire baisser les coûts. On compte à ce jour seulement 51 Free-Center en France en 5 ans. En cas de reprise des boutiques de Bouygues, son nombre serait multiplié par 12. L’enjeu de cette reprise est aussi social : avec les boutiques Free reprendrait ses 2000 salariées et il passerait de 6000 à 8000 employés au total. Il s‘agit là d’un gros effort pour l’opérateur, mais c’est sans doute le prix à payer pour avoir une "opération socialement irréprochable" comme l’avait souhaité Stéphane Richard au début des négociations.
  4. Tout n'est pas tranché, mais le dossier avance. Orange, Free et SFR se sont mis d'accord sur un schéma de partage des actifs de Bouygues Telecom que le premier revendra aux deux autres dans le cadre de son rachat de la filiale télécom du groupe Bouygues, affirme samedi Le Figaro. Free "est prêt à racheter l'essentiel" des fréquences de la filiale du groupe Bouygues, mais "est plus réservé" en ce qui concerne les réseaux, croit savoir le quotidien qui précise que l'ensemble "est valorisé un peu plus de 2 milliards d'euros". Concernant le partage des 12 millions de clients mobile, fixe et entreprises de Bouygues Telecom, représentant un chiffre d'affaires de 4,4 milliards d'euros et "peu ou prou valorisés à 8 milliards d'euros", Orange veut s'accaparer les 2 millions de clients haut de gamme, tandis que Free et SFR se partageraient les clients restants (B&You, Bbox et professionnels), détaille encore Le Figaro sans identifier ses sources. Ils devraient débourser "environ 4 milliards d'euros", selon la méthode de valorisation sur laquelle les trois groupes se sont entendus, à savoir un calcul "en multiple du chiffre d'affaires". Source et article complet: bfmbusiness.bfmtv.com
  5. Lors de ses vœux il y a deux semaines, Stéphane Richard, le PDG d'Orange estimait que le rachat de Bouygues Telecom avait "une chance sur deux" d'aboutir. Depuis, les discussions ont avancé à un rythme soutenu. Stéphane Richard et Martin Bouygues sont déterminés à aller jusqu'au bout. Selon un négociateur, il y a aujourd'hui environ 80% de chances que l'issue des négociations soit positive, avec l'objectif d'une annonce officielle avant la publication des résultats annuels d'Orange prévue le 16 février. Au total, Orange espère retirer environ 5 milliards d'euros de ces cessions, soit à peu près la moitié de la valorisation de Bouygues Telecom (10 milliards d'euros, si l'on se cale sur celle de l'offre faite en vain par SFR à l'été 2015). Ces actifs seront, pour l'essentiel, revendus à Free et SFR, qui participent donc désormais aux négociations. Ces deux concurrents savent que l'opération ne pourra se faire sans leur accord. C'est donc une partie de poker menteur à quatre qui est engagée. Des négociations très difficiles, avec des enjeux d'ego qui viennent tout compliquer. Source et article complet: BFM Business
  6. Au mariage, ils seront quatre et c’est toute l'ambiguïté de l'alliance qu'Orange et Bouygues Telecom tentent de nouer. Pour sceller la reprise du troisième opérateur télécoms français, le numéro un doit au préalable se mettre d'accord avec ses concurrents, Numericable-SFR et Free, afin de leur céder une partie des actifs de la mariée. Vendredi 15 janvier, les discussions se sont accélérées sur cet aspect de la négociation. Le PDG d'Orange, Stéphane Richard, a successivement reçu, selon nos informations, Michel Combes, le président non exécutif de SFR, et Xavier Niel, fondateur de Free (et actionnaire du Monde à titre personnel). Entre Orange, SFR et Free, le grand marchandage qui aboutira au dépeçage de Bouygues Telecom a en tout cas débuté. Au menu des discussions : fréquences, clients, réseaux, boutiques. Source et article complet: Le Monde
  7. SFR et Bouygues Telecom ont établi un accord visant à mutualiser leurs réseaux 2G/3G/4G sur une large partie du territoire. L'ARCEP souhaite s'assurer que ce vaste accord permette bien, comme les deux opérateurs l'ont indiqué, d'améliorer la couverture et la qualité des services pour les utilisateurs. De plus, cet accord inclut une prestation d'itinérance 4G pour les clients de SFR sur une partie du réseau de Bouygues Telecom. Au regard de l'importance, pour la dynamique du marché, des investissements dans les infrastructures 4G, l'ARCEP appelle à fixer précisément la fin de l'itinérance très haut débit (équivalent 4G), à une date évaluée à ce stade entre fin 2016 et fin 2018. Au stade de la présente consultation publique, l'ARCEP laisse ouvertes les dates précises de fin qu'elle recommande pour les prestations d'itinérance. Elle appelle les acteurs intéressés à indiquer les dates qui leur semblent justifiées, a priori au sein des trois intervalles qu'elle a pré-identifiés. Source et article complet: ARCEP
  8. Alors qu'en dehors de son réseau propre Bouygues Telecom s'appuyait jusqu'ici en grande partie sur les infrastructures SFR, il semblerait bien que l'opérateur ait entrepris de basculer ses clients en "zone dégroupée étendue" sur les NRA d'Orange. L'information est à mettre au crédit de Bbox-Mag. Intrigué par "l'intégration d'Orange dans les calculs de dégroupage de [Bouygues Telecom]" à l'occasion du récent capital market day organisé par l'opérateur, le site spécialisé a cherché à confirmer l'existence d'un nouveau partenariat entre Orange et Bouygues Telecom visant à raccorder la "zone dégroupée étendue" du second. Et c'est grâce aux propos d'un conseiller sur le forum Bouygues Telecom qu'il y est parvenu. En effet, interrogé par un client au sujet de son basculement du NRA SFR vers un NRA Orange, ledit conseiller a de but en blanc expliqué que "toutes les zones où Bouygues Telecom n'a pas dégroupé, et qui étaient chez SFR, vont progressivement passer sur DSLAM Orange (ou Bouygues Telecom selon les dégroupages)". Source et article complet: Les Numériques
×
×
  • Create New...