Jump to content
Justneuf

SFR by Justneuf.com


Cotdaz
Elle est en verre flexible, à première vue aussi fine qu'un cheveu. Et grâce à elle, on peut acheminer des monceaux de données numériques via des signaux lumineux. Cette technologie de pointe, c'est la fibre optique. Pour la concevoir, la France dispose d'un vrai savoir-faire, qu'on retrouve notamment chez Acome.
Dans ses usines de Mortain, une petite ville de 1.700 âmes nichée au beau milieu de la Manche, cet industriel tisse chaque jour des milliers de kilomètres de ces précieux fils, qu'il revend ensuite aux grands opérateurs télécoms français (Orange, Numericable-SFR, Free et Bouygues Telecom).
Pour faire face à la demande des opérateurs et autres acteurs engagés dans ce programme national, Acome prévoit d'investir 12 millions d'euros dans sa câblerie optique ces trois prochaines années. D'après Jaques De Heere, le PDG de la société, plusieurs dizaines de personnes ont rejoint l'activité optique ces derniers mois. Pour l'heure, le principal souci d'Acome est d'avoir suffisamment de visibilité sur les déploiements en fibre optique des opérateurs, qui doivent aller crescendo, poursuit-il. « Pour nous, industriel et investisseur dans nos moyens de production, le moteur, c'est la visibilité », insiste le PDG.
Or à ses yeux, si Orange se montre « transparent » dans ses objectifs de déploiement, cela est moins vrai pour Numericable-SFR, Bouygues Telecom ou Free.
 
Source et article complet: La Tribune

Cotdaz
Emmanuel Macron est sorti rassuré de sa réunion avec les représentants des quatre opérateurs télécoms Orange, Numericable-SFR, Bouygues Télécom et Free.
« Nous sommes en ligne avec le plan de déploiement du très haut débit », a-t-il affirmé, alors que certains avaient alerté, il y a quelques jours, sur de possibles retards. Ce plan à 20 milliards d'euros, financé pour partie par les « telcos » et l'Etat, a vocation à couvrir la quasi intégralité du territoire en fibre optique d'ici à 2022, une technologie beaucoup plus rapide que l'ADSL.
Sur certaines zones, les opérateurs co-investissent ensemble. Mais Bouygues Telecom s'est récemment plaint devant l'autorité de la concurrence du retard pris par Numericable-SFR son partenaire dans les grandes villes, l'accusant de ne pas respecter son engagement («Les Echos » du 13/10).
Source et article complet: Les Echos
 

Cotdaz
Alors qu'en dehors de son réseau propre Bouygues Telecom s'appuyait jusqu'ici en grande partie sur les infrastructures SFR, il semblerait bien que l'opérateur ait entrepris de basculer ses clients en "zone dégroupée étendue" sur les NRA d'Orange.
L'information est à mettre au crédit de Bbox-Mag. Intrigué par "l'intégration d'Orange dans les calculs de dégroupage de [Bouygues Telecom]" à l'occasion du récent capital market day organisé par l'opérateur, le site spécialisé a cherché à confirmer l'existence d'un nouveau partenariat entre Orange et Bouygues Telecom visant à raccorder la "zone dégroupée étendue" du second. Et c'est grâce aux propos d'un conseiller sur le forum Bouygues Telecom qu'il y est parvenu.
En effet, interrogé par un client au sujet de son basculement du NRA SFR vers un NRA Orange, ledit conseiller a de but en blanc expliqué que "toutes les zones où Bouygues Telecom n'a pas dégroupé, et qui étaient chez SFR, vont progressivement passer sur DSLAM Orange (ou Bouygues Telecom selon les dégroupages)".
Source et article complet: Les Numériques

Cotdaz
L'opérateur de télécommunications Free a attaqué en justice cet été son concurrent. Il estime que la publicité de SFR-Numericable sur la notion de raccordement à un réseau de fibre optique trompe le consommateur connecté, en réalité, à du câble.
En effet, ce dernier apporte bien de la fibre optique jusqu'au pied des immeubles (FTTB) mais raccorde ensuite très souvent l'abonné final au réseau câblé déjà existant dans certains bâtiments.
A l'inverse, Free comme Orange connectent les utilisateurs directement à de la fibre optique tirée jusqu'au palier puis dans les logements de chaque abonné (FTTH). Un processus plus long et aussi plus coûteux, car pour installer cette technologie dans les immeubles, les syndics doivent être au préalable consultés puis donner leur autorisation pour permettre aux opérateurs de réaliser les travaux d'aménagement à leurs frais.
De son côté, Numericable-SFR estime de longue date que l'important pour le consommateur reste l'accès au très haut débit, peu importe la technologie proposée.
 
Source et article complet: L'Express

Cotdaz
Après plusieurs propositions, un consortium mené par Yann Le Prince, OVH et un fonds d'investissement est en bonne voie pour racheter le réseau ADSL de Completel. Une offre soumise à la validation de l'Autorité de la Concurrence.
Yann Le Prince a confirmé avoir déposé une offre sur la reprise des actifs de Completel, mais indique « qu'elle doit obtenir la validation de l'Autorité de la Concurrence ».
Lors du rachat de SFR par Numericable, les sages de la rue de l'Echelle avaient assortis en octobre 2014 leur approbation à certaines exigences dont la cession du réseau « cuivre » de Completel pour animer l'activité concurrentielle sur le marché B2B.
Le projet est solide et a été présenté aux salariés de Completel il y a quelques semaines.
 
Source et article complet: Silicon

Cotdaz
Le groupe Altice Media, branche médias de l'empire télécom de Patrick Drahi (SFR, Numéricable), a annoncé avoir finalisé l'acquisition de trois titres de presse professionnelle, dont le magazine Stratégies, auprès du groupe Intescia.
Outre l'hebdomadaire spécialisé dans les médias et la publicité, Altice Media rachète également les magazines professionnels Coiffure de Paris et CosmétiqueMag, selon un communiqué de la société.
Avec ces nouveaux magazines, la vague de rachats de l'homme d'affaires franco-israélien dans la presse s'accélère, après l'acquisition du quotidien Libération en juin 2014, suivi en février 2015, de L'Express et d'une douzaine d'autres magazines (L'Expansion, Mieux vivre votre argent, Point de vue, Lire, Studio Cinélive, l'Etudiant, 01.net, A Nous Paris, A Nous Lille, A Nous Lyon et A Nous Marseille).
Déjà fort de plus de 20 titres, Altice Media représente le cinquième pôle de presse magazine français.
 
Source et article complet: Challenges

×
×
  • Create New...